Recevez les dernières nouvelles mises à jour continuellement sur les sujets les plus suivis avec NewsHub. Installez-le maintenant.

Le Maroc aura bientôt son premier satellite d’observation

1 novembre 2017 15:02
43 0
Le Maroc aura bientôt son premier satellite d’observation

Le Maroc mettra en orbite, le 8 novembre prochain, son premier satellite d’observation baptisé «Mohammed VI–A».

Avec le lancement de ce satellite par la société française «Arianespace» depuis le site de Kourou, en Guyane française, le Royaume du Maroc fera son entrée dans le cercle très fermé des pays disposant d’un satellite, et se démarquera du reste des pays d’Afrique dans la maîtrise de la technologie spatiale.

Le satellite marocain «Mohammed VI–A» sera mis en orbite par Arianespace, dont le décollage du lanceur Vega aura lieu exactement le 8 novembre à 01h42mn31s, heure marocaine. La mise en orbite du satellite suivra moins d’une heure après son lancement.

Piloté depuis le Maroc, le satellite permettra au Royaume de disposer d’un système d’imagerie spatiale de très haute technologie, appelé à jouer un rôle de premier ordre dans le déploiement des stratégies économiques et sociales, particulièrement dans le domaine agricole.

Equipé des technologies les plus avancées en matière d’observation spatiale, le Satellite Mohammed VI – A offre des applications environnementales qui permettront de consolider la stratégie écologique défendue par le Maroc, et les engagements environnementaux pris, notamment depuis la COP22 qui s’est tenue en novembre 2016 à Marrakech.

De la gestion des ressources forestières et pastorales à la prospection des eaux souterraines et la surveillance des eaux de surface, en passant par l’aménagement du territoire, le contrôle des constructions et l’éradication des bidonvilles, ce sont autant de domaines que le Maroc devrait maîtriser grâce au nouveau satellite.

L’observation satellitaire permettra également au Maroc de démultiplier les capacités des organismes nationaux chargés des travaux de cartographie et de topographie, ainsi que ceux dédiés à la surveillance des infrastructures routières, des réseaux de transport et du littoral national, qui s’étend sur plus de 3500 km sur les deux façades maritimes de la Méditerranée et de l’Océan Atlantique.

Source: agenceafrique.com

Partager sur les réseaux sociaux:

Commentaires - 0